mercredi 30 avril 2008

Lives remembered, lives rebuilt, attitudes changing -- 33 years after South Vietnam fell

By My-Thuan Tran, Los Angeles Times Staff Writer
April 30 2008

For many in Little Saigon, memories of what they went through still shape their reality. Others -- many born here -- look to Vietnam for opportunities and for ways to improve lives.

Timothy Thieng Chi Ngo, vice president of the Vietnamese American Community of Southern California, holds an electric candle along with several hundred others in Westminster to commemorate the thirty-third anniversary of the fall of Saigon.
Mark Boster / Los Angeles Times

Thirty-three years after the Vietnam War ended, the fallen country of South Vietnam lives on -- in the streets of Orange County's Little Saigon and in the minds of thousands of refugees who fled communist forces and rebuilt their lives here.
The memories of hardship are still so bitter for some that they continue to mount street protests, fly the South Vietnamese flag from businesses and lampposts, and rail against communism on radio talk shows.

Now there are signs of shifting attitudes in the historically anticommunist community, the largest Vietnamese enclave in the U.S.
Vietnamese Americans are beginning to see opportunity in their home country, and increasingly, people are moving back, expanding their business ties or starting humanitarian organizations to improve the lives of those in Vietnam -- actions barely imaginable a decade ago.
Though the change is subtle and those who associate with Vietnam often keep a low profile, the movement is remarkable in a community where a statue of a South Vietnamese soldier stands near the civic center and noisy street protests against perceived communist sympathizers are still routine.
"There is tension in the community," said Linda Trinh Vo, a UC Irvine professor of Asian American studies. "It shows the complexities of Vietnamese Americans in terms of their feelings against the current Vietnamese government. At the same time, we have to understand the personal experiences of these people and what they have suffered."
Doing business
Bill Pham fled Vietnam on a plane with his family when he was 4. Now 37, he has no memories of his homeland.
He returned to Vietnam for the first time in 2006 and saw hungry children without shoes and mothers peddling bowls of pho. "I kept thinking that could have been my life," he said.
Pham decided to expand his Orange County-based clean-energy business to Hanoi, the capital of Vietnam and a name that still smolders among refugees. His manufacturing company there employs 80.
Vietnamese Americans who conduct business in their homeland are viewed with suspicion, seen as traitors who help prop up the Communist regime. Vietnam's human rights record and crackdowns on political and religious freedom remain sore points.
Yet there are signs of change, even in the supermarkets and mom-and-pop stores in Little Saigon, where silks and fabrics, fish sauce, souvenirs, peanut snacks and pop music imported from Vietnam are displayed with growing prominence.
This month, Pham hosted a group of Vietnamese delegates trying to lure high-technology businesses in Orange County and San Jose to Vietnam. The meetings were discreet, by invitation only. Pham and the delegates did not want to risk protests.
"Forget the politics," Pham said. "What do you do to solve problems for people in Vietnam?" Pham sees increased business ties with Vietnam as a path to a better economy for the nation. Human rights, education and political freedoms will follow, he predicts.
As ties between the United States and Vietnam deepen, Vietnamese government officials are reaching out to overseas Vietnamese -- Viet Kieu -- with promises of investment incentives, multi-entry visas and less red tape.
The United States and Vietnam did $12.5 billion in business last year, up nearly 30% from 2006, according to U.S. government officials. Vietnamese Americans also sent an estimated $4 million plus in remittances to relatives in Vietnam last year.
Not forgetting the past
Timothy Thieng Chi Ngo was among the hundreds who protested when Vietnamese President Nguyen Minh Triet visited Dana Point in June.
He takes offense at Vietnamese government officials trying to reel expatriates back and doesn't believe a better economy will bring about democracy.
"I wish the people who rush to do business in Vietnam would have more responsibility," Ngo said. "I feel like they have forgotten the past too soon."
Ngo hasn't forgotten. He was a 25-year-old officer in the South Vietnamese Army when he fled Vietnam on a small landing craft and vowed never to return as long as Communists were in power.
Ngo eventually came to Orange County and heard news of friends and relatives in the army being thrown into "reeducation" camps as political prisoners. Others died fleeing Vietnam. He organized protests to support and free political prisoners in Vietnam.

"For my friends who spent 10, 15 years in prison," he said, "their youth, that part of their life was gone forever."
In 1998, Ngo broke his vow and went to Vietnam for charity work and to see the situation there for himself. His anger grew anew.
He holds out hope the Communist government will one day collapse. Little Saigon, he said, is the "last piece of land we have to help the Vietnamese who are struggling."
Slow healing
Linda Trinh Vo says the wounds of war have healed slowly in the Vietnamese American community.
"Especially for the first generation, they're still tied to what happens politically and economically in the homeland," she said. "That will always be a part of who they are, part of their history."
The strong emotions have fueled a grass-roots movement, a desire to show the Communist government that Vietnamese Americans have thrived in their new homes. Vietnamese American activists have lobbied cities across the country to ban the Communist flag from official functions. At the urging of the Vietnamese community, Garden Grove officially declared itself a "no-communist zone" in 2004.
Vietnamese Americans have transformed Southern California in other ways. Refugees-turned-entrepreneurs created Little Saigon, which now bustles with retail shops, Vietnamese lawyers and doctors, and restaurants serving classic Vietnamese dishes.
Orange County is home to 10 Vietnamese American politicians, including Assemblyman Van Tran, the highest-ranking Vietnamese American elected official.
Helping the people
Quynh Kieu started Project Vietnam a dozen years ago, sending doctors to Vietnam's rural areas. In the 1980s, the Fountain Valley doctor treated Vietnamese refugee children who were malnourished and believed the situation in Vietnam was probably worse.
In the past, groups such as Project Vietnam were viewed with mistrust -- criticized as doing work the Vietnamese government was ignoring.
But in recent years, more organizations have been created to build schools, libraries and hospitals in Vietnam.
Today, Kieu is helping Vietnam's health department develop programs for neonatal care.
"You hope that there will be a growing number of people who will start to see the suffering of people in Vietnam and start being more open," she said, "and that they will be able to sort out where the government ends and where helping the people start."
Leaving a legacy
Some in the first generation who fled Vietnam struggle to pass on their legacy to those who never lived through war. For Tammy Tran, who was born in California, April 30 -- the anniversary of the day Saigon fell -- is a time when she learns more about her family's past.
Tran is 27, the age her mother was when she escaped by boat in 1975.
"I try to imagine what it was like for them," Tran said. "Every year Black April is a commemoration of the past, of how we lost this country, of how our parents came here, of how Vietnam continues to be under communism."
Tran has felt strong ties to Vietnam since her first visit, when she said she witnessed a young girl being assaulted in the street.
"I didn't lose what those in the older generation lost," Tran said, "but I am against the Communist government because of things they haven't done for our people.
"Tran believes Vietnam will change with more education. She has also helped start an anti-human trafficking organization that helps Vietnamese women in Taiwan.
"Lives in Vietnam need to be as good as our lives here," she said.

Des "curés rouges" à Billancourt

"De la lutte des classes à la guerre des anges" 3/5

LE MONDE 30.04.08 12h43
Le 28 mai 1968, à Paris, une affiche est placardée sur les murs du Quartier latin. Elle reproduit un article du philosophe Maurice Clavel (1920-1979) paru dans le journal Combat. Gaulliste frondeur et gauchiste chrétien, il y livre une interprétation métaphysique du soulèvement : "Cette révolution est d'abord spirituelle, écrit-il. L'esprit se venge. Il était temps. L'espoir est là. Etudiants, jeunes ouvriers l'ont en charge." Par la suite, ce sympathisant maoïste ira jusqu'à proclamer : "Mai confirma Dieu. Oui, une Pentecôte de l'Eglise invisible. Il y eut un grand vent et les portes claquèrent."
Ce souffle prodigieux porte un nom : unité. Que la jeunesse étudiante s'insurge, que les ouvriers se mettent en grève, quoi de plus attendu ? L'événement est ailleurs - dans la fusion des deux révoltes. Ensemble, tout devient possible : quarante ans avant la provocation sarkozyste, Mai 68 affirme l'urgence d'en finir avec ce qui sépare. "La grandeur du Mai français, c'est de dire que le couple dominant/dominé ne vaut plus, assure Jean-Claude Milner, ex-mao et linguiste raffiné. Au XVIIe siècle, à propos de la Fronde, le cardinal de Retz déclarait : "Le peuple entra dans le sanctuaire : il souleva le voile..." Mai 68, c'est cela : pendant quelques jours, le peuple a soulevé le voile."
Milner appartient à la poignée de militants qui jettent les bases de la Gauche prolétarienne (GP), à l'automne 1968. Tous partagent un même espoir : prolonger la grâce de Mai, empêcher que le voile ne retombe. Bientôt, ils volent des tickets et organisent le passage gratuit dans le métro. Le 8 mai 1970, ils dévalisent l'épicerie de luxe Fauchon, à Paris, avant d'aller distribuer le caviar dans un foyer de travailleurs immigrés. "Les militants de la GP jouaient aux Robins des bois, sourit le philosophe Bernard Sichère, ex-mao lui aussi, mais d'une autre tendance. Il y avait chez eux un côté théologie de la libération. C'est tout à fait le type d'action qu'auraient pu faire des chrétiens de gauche."
Mais l'essentiel, aux yeux des jeunes "gardes rouges", c'est de faire en sorte qu'étudiants et ouvriers continuent de se donner la réplique, voire d'échanger les rôles. Et, dans La Cause du peuple, le journal de la GP, une obsession revient sans cesse, directement inspirée de la "révolution culturelle" chinoise : lutter contre le clivage entre travail manuel et travail intellectuel, surmonter la division entre "ceux qui triment et ceux qui pensent". Pour cela, la première urgence est de multiplier les contacts sur le terrain : "Celui qui n'a pas enquêté n'a pas droit à la parole", martèlent les militants en reprenant une formule de Mao.
A cette tâche d'investigation, les reporters de La Cause du peuple vont s'atteler corps et âme : "A l'époque, je deviens une sorte de moine mendiant, témoigne Jean-Pierre Barou, aujourd'hui éditeur, qui multiplie alors les enquêtes en Bretagne. Je perds la femme avec laquelle je vis, la fille que j'ai eue d'elle aussi, et j'inscris la tragédie du prolétariat dans ma chair. A Fougères, une ouvrière m'a demandé : 'Pour gagner sa vie, faut-il la perdre ?' Et j'ai tout de suite pensé à la dernière phrase de ma mère, ouvrière elle aussi, sur son lit de mort : 'Tu sais, Jean-Pierre, j'ai eu une vie de naïve.'"
Les ouvriers ne sont ni naïfs ni passifs ; chez eux, l'imagination se déploie en une souveraine spontanéité : telle est pour les maos la grande leçon de Mai, celle qui ruine d'un seul coup la vieille orthodoxie marxiste-léniniste. "Au fond, ce qu'on apprend en Mai 68, c'est que la classe ouvrière peut penser, et faire penser", résumera plus tard le chef de la GP, "Pierre Victor", alias Benny Lévy, dans un dialogue avec Philippe Gavi et Jean-Paul Sartre, publié sous le titre On a raison de se révolter (Gallimard, 1974). Dès lors, à Renault-Flins comme chez Usinor (Dunkerque) ou chez Babcock-Atlantique (Saint-Nazaire), il s'agit de reconnaître la "puissance spirituelle créatrice" des actions ouvrières.
En Mai 68, l'un des premiers réflexes ouvriers fut de séquestrer le patron ? "On a raison de séquestrer le patron !", lance la GP. D'autres ont malmené les cadres avant de procéder à la "grande lessive" des bureaux ? "Bravo !", clament encore les maos, qui avertissent les bourgeois et leurs "laquais" dans les termes suivants : "Quand nous le voudrons, tous unis, on vous séquestrera, on vous crachera dans la gueule et on vous pendra. Par les pieds d'abord..."
Mais la vocation mao ne consiste pas seulement à enquêter ou à cogner devant les entreprises. Elle exige d'endosser la blouse bleue des ouvriers. Pour les dizaines de militantes et de militants qui décident de "s'établir" en usine s'amorce alors une authentique conversion : "On ne passe pas comme ça du statut d'étudiant à celui d'OS (ouvrier spécialisé), témoigne Denis Clodic, qui avait entamé un cursus d'ethnologie à la Sorbonne avant d'entrer chez Renault. C'est tout un itinéraire, il faut d'abord faire oublier son passé. Et puis, sur une même chaîne, à Billancourt, tu es au milieu d'Angolais, de Marocains, de Portugais. Tu dois apprendre à parler avec 300 mots. Il y a un côté prêtre-ouvrier : on est comme des curés, mais des curés rouges... qui mordent."
Dévouement, courage, discipline : entre le travail à l'usine et les réunions avec les camarades, l'"établi" dort peu, donne tout. Au coeur de l'engagement, insiste Benny Lévy, il y a "l'élément idéologique du sacrifice". Un révolutionnaire ne craint pas la mort, répète-t-il. La mort symbolique, d'abord, quand le militant s'efface après avoir rempli sa mission de médiateur, ainsi qu'en témoigne Jacques Theureau, aujourd'hui chercheur en ergonomie : "On a tout fait pour que les jeunes ouvriers soient maîtres des opérations, se souvient cet ancien établi de chez Renault, qui organisa avec d'autres la venue de Sartre à Billancourt, en octobre 1970. On se pensait comme l'intermédiaire entre le non-pouvoir et le pouvoir. On orchestrait notre propre disparition." La mort réelle, ensuite : le 25 février 1972, à la porte Zola de Renault-Billancourt, Pierre Overney s'écroule. Quelques instants auparavant, faisant face au vigile Jean-Antoine Tramoni, qui l'avait mis en joue, le jeune ouvrier maoïste a simplement dit : "Vas-y, tire !"
Au lendemain de ce drame qui ébranle la France entière, les "nouveaux partisans" de la GP jettent toutes leurs forces dans la bataille. Non seulement en enlevant Robert Nogrette, cadre dirigeant de la Régie Renault, mais surtout en réinvestissant Billancourt, pourtant quadrillée par les CRS. Ici encore, leur prédication s'avère aussi solitaire que suicidaire : "Le troisième jour, on sent que c'est cuit, raconte Denis Clodic, aujourd'hui directeur de recherche à l'Ecole des mines de Paris. Au lieu de se disperser, on se dit : "Autant y aller en gloire." Donc, on rentre dans l'usine, et là, il y a vraiment un côté christique : on se fait clouer, mais bien, par une centaine de gardiens qui nous tabassent et nous livrent aux flics. Moi, je me retrouve à Fresnes avec la mâchoire fracassée."
Overney est mort, et le pays reste calme. Pour les militants de la Gauche prolétarienne, c'est le début d'une vaste désillusion. Bientôt, une autre expérience, beaucoup plus douce celle-là, achèvera de les dérouter : la fameuse grève de l'usine Lip, qui fabrique des montres à Besançon. En 1973, protestant contre la fermeture annoncée de leur entreprise, les ouvriers s'organisent. Première surprise : ils réinventent l'autogestion. "On produit, on vend, on se paye", voilà leur slogan. Deuxième surprise : ils sont habités par l'enthousiasme religieux, comme le constatent les émissaires de la GP. "Avec Benny (Lévy), on y va, et on tombe sur les fesses, se souvient Denis Clodic. C'était des curés blancs, des leaders charismatiques, vêtus de blanc, qui organisaient une communauté en révolte. L'imprégnation du catholicisme était énorme. Ils réalisent ce dont nous avions rêvé, mais de façon très différente, sans envisager un instant la guerre civile. Bref, on comprend qu'on fait fausse route."
Un détail frappe Benny Lévy et ses camarades : les ouvriers de Lip ont soudé les portes de l'usine afin qu'elles restent grandes ouvertes. Rien à voir avec les pratiques de la CGT : depuis Mai 68, afin d'entraver l'"influence pernicieuse" des gauchistes, le syndicat bloque systématiquement l'accès des entreprises. Dans le comité d'action des Lip, au contraire, tout le monde est invité à s'exprimer, à participer, à vendre des montres... Or ces travailleurs se passent très bien du Petit Livre rouge, remarquent les observateurs de la GP. A leur tête, on trouve d'abord des chrétiens, notamment le syndicaliste Charles Piaget, membre de l'Action catholique ouvrière, et le prêtre dominicain Jean Raguenès.
Dans l'aventure collective des maos français, la rencontre avec ces hommes-là s'avère décisive. Elle provoque une brutale remise en question. "A nos yeux, Lip a représenté le point extrême de l'impulsion donnée par Mai 68, précise l'historienne Evelyne Cohen. C'était des ouvriers tels que nous les avions rêvés, et c'était des croyants. Au contact de quelqu'un comme Raguenès, qui nous raconte ses expériences mystiques, nous comprenons que nous ne pouvons pas aller plus loin sur la voie du politique. Et que les ressorts de l'engagement sont aussi religieux."
Fin 1973, la Gauche prolétarienne opte pour l'autodissolution. L'heure de l'enquête sociale semble révolue. Voici venu le temps de la quête spirituelle.
Jean Birnbaum
Article paru dans l'édition du 02.05.08.

Quand l'ancien gauchiste Joshka Fisher compare les néoconservateurs aux léninistes

LE MONDE 30.04.08 14h37
New York, correspondant

Joshka Fisher. (D.R.)
Des colloques où on s'écharpe entre "anciens", des conférences, des documentaires où on découvre le rôle initiateur de l'association des étudiants noirs dans la "prise" de l'université Columbia par les étudiants en colère en 1968 : une semaine durant, la célèbre institution académique new-yorkaise consacre une série d'événements pour revisiter l'année 1968 aux Etats-Unis et dans le monde. Mardi soir, 29 avril, Joshka Fisher, gauchiste à l'époque, devenu dirigeant du parti Vert allemand puis vice-chancelier et ministre des affaires étrangères du gouvernement Schröder (1998-2005), était invité à livrer son bilan.
D'abord, "it was a lot of fun" (c'était très agréable). Un distingué germaniste s'insurge : qu'y avait-il donc de si sympathique dans cette menaçante effervescence ? "L'explosion des carcans, répond l'ancien ministre. Vous voulez des détails ?" Plus sérieusement : le bilan de 1968 est positif, explique M. Fisher, parce que ce soulèvement à beaucoup participé à modifier les vieilles normes sociales, ce dont les femmes, en particulier, ont été bénéficiaires. "C'est une période de libération, et malgré tous ses aspects négatifs, ce fut un succès", prélude, en particulier, à la résistible érosion de la prééminence communiste à gauche en Europe occidentale.
Le négatif n'est pas éludé, en particulier la dérive terroriste, qui, dit-il, n'a eu lieu que dans les trois pays de l'Axe durant la seconde guerre mondiale : Allemagne, Italie, Japon. Lui y voit une causalité.


Mais c'est surtout du bilan dont il veut parler. Il fait partie de cette génération qui, parce qu'elle plaçait la politique au cœur de ses préoccupations, est passée de l'idéologie au réalisme. Là, brusquement, il dévie. Il aborde l'Irak. Autant il a été favorable à l'intervention en Afghanistan, autant il a été instantanément opposé à celle que les Américains envisageaient en Irak.
Il ne croyait pas au lien entre Saddam Hussein et Al-Qaida. Mais surtout, dit-il, quand il a commencé de rencontrer les émissaires de l'administration Bush, "les Wolfowitz, Perle, tous ces néoconservateurs, je retrouvais chez eux ce type de conviction pour laquelle la réalité n'est pas un argument. Et je savais que cet état d'esprit, c'est la garantie de l'échec". Une fois sa conférence terminée, il précisera sa pensée : "Les néoconservateurs avaient une vision quasi léniniste : ils voulaient répandre la démocratie à la pointe du fusil exactement comme les bolchéviks voulaient étendre la révolution prolétarienne." Le rapport avec 1968 ? S'il a pu "instantanément" percevoir cette propension, c'est, ajoute-t-il, parce que "mon instinct [d'ancien gauchiste] m'a immédiatement prémuni : j'avais face à moi des idéologues". Preuve que son "expérience" gauchiste n'avait pas été inutile...
Sylvain Cypel

"Un monde de bulles" évoque Mai 68, à travers la BD

LE MONDE 30.04.08 15h08
Pour évoquer Mai 68 et se démarquer dans l'avalanche d'émissions programmées depuis la mi-avril, Public Sénat a trouvé un angle original en choisissant d'évoquer les quarante ans du mouvement social à travers "Un monde de bulles", le magazine consacré à la bande dessiné.
Et pour ouvrir l'émission, le présentateur, Jean-Philippe Lefèvre ne donne pas la parole à un soixante-huitard mais à deux jeunes auteurs à peine trentenaires - Arnaud Bureau, scénariste de BD, et Alexandre Franc, dessinateur - qui n'étaient pas nés au moment des événements.
Cela ne les a pas empêchés de réaliser une bande dessinée pertinente, Mai 68, histoire d'un printemps (Ed. Berg international, 112 p., 19,68 euros), un album en bichromie inspiré par l'esthétique des affiches de l'époque, préfacé par Daniel Cohn-Bendit, dont une planche est publiée chaque jour sur Le "Les BD en costume, ça me casse un peu les pieds, les recherches documentaires aussi. Là, on avait Paris sous la main, une époque pas trop lointaine, et surtout, il y a une mythologie de Mai 68 qui est encore enthousiasmante", raconte Alexandre Franc.

Pour ce numéro spécial de l'émission intitulé "Mai 68 : sous les pavés, des bulles !", M. Lefèvre ne pouvait pas ne pas inviter Cabu, âgé d'une trentaine d'années et déjà un crayon à la main à l'époque des événements. "Les soixante-huitards commencent à disparaître, c'est comme les derniers poilus. Je suis un des derniers poilus des barricades", s'amuse le "père" du grand Duduche, qui signe plusieurs livres en cette année anniversaire parmi lesquels Cabu 68, avec Laurence Garcia (Ed. Actes Sud, 22 euros).
Pour lui, Mai 68, c'est le début d'une "autre forme" de dessin. "On a commencé à faire des dessins sur le pouvoir. Avant, on dessinait surtout pour se faire plaisir. Après, on l'a fait pour être utile, pour dire des choses", raconte Cabu.
Pour Florence Cestac, Mai 68 a "ouvert une porte". "Avant, on faisait de la BD pour les adolescents, pour les enfants, mais pas beaucoup pour les adultes", rappelle-t-elle.
La dessinatrice, qui a participé au numéro spécial "Mai 68" du magazine Pilote, raconte en bande dessinée, dans cette édition "collector", comment, en 1968, alors qu'elle avait 18 ans, elle s'est retrouvée en prison, pendant dix-huit jours, pour "vol et destruction d'emblèmes nationaux" (elle avait déchiré un drapeau tricolore).
Réalisé avec la contribution de soixante dessinateurs et auteurs, ce numéro de Pilote (7,90 euros) mêle souvenirs d'anciens qui ont connu les pavés et les barricades et réflexions, en cartons et bulles, de leurs fils ou filles spirituels.

"Mai 68 : sous les pavés, des bulles !", vendredi 2 mai à 23 heures sur Public Sénat.
Sylvie Kerviel
Article paru dans l'édition du 02.05.08.

Nouvelle histoire du mois le plus long

L'histoire de Mai 68 en France, comme le suggérait Diana Pinto il y a vingt ans dans la revue Le Débat, a tendance à être racontée selon les règles d'une "pièce grecque" : unité de temps (un mois), unité de lieu (Paris) et unité d'action ("une contestation (...) totale d'un système jugé comme étant trop rigide"). Sans nier l'importance de ce qui s'est joué alors entre Nanterre et le Quartier latin, de nombreux chercheurs plaident, depuis une quinzaine d'années, pour une autre dramaturgie. Ils rappellent notamment que les étudiants n'en furent pas les seuls acteurs, que l'agitation, pour avoir été d'abord parisienne, fut aussi provinciale et, enfin, que seule l'étude comparée des mouvements contestataires de l'époque peut permettre de saisir l'originalité du "Mai" français.
Ce triple décentrement - chronologique, géographique et sociologique - constitue le fil directeur des deux ouvrages collectifs que publient les éditions de l'Atelier et de La Découverte. Le premier, centré sur la France, se lit comme un atlas des différentes "scènes de la contestation", autrement dit comme une plongée au coeur des institutions où les "rapports d'autorité sociale" furent subvertis. Soucieux de "réinsérer le temps court dans le temps long", la plupart des vingt-neuf auteurs soulignent que "la coupure (ne fut) pas si radicale entre l'avant et l'après-68". Dans un passionnant article consacré aux transformations de la discipline dans un grand lycée de province, la sociologue Muriel Darmon écorne ainsi le mythe d'une "institution autoritariste cédant devant les poussées lycéennes" après le printemps 1968. Elle montre au contraire que certaines pratiques volontiers assimilées à "l'humeur antiautoritaire de l'esprit de Mai", telles que la promotion de "l'autodiscipline" ou la critique des "retenues", furent expérimentées dès les années 1940.

Sensibles aux "ruptures d'allégeance" qui ébranlèrent les hiérarchies traditionnelles dans les écoles, les familles, les syndicats et même les Eglises avant 1968, plusieurs auteurs insistent également sur la "crise du consentement à l'ordre établi" qui caractérise la "postérité" de l'événement. Notamment dans les usines. Auteur d'une thèse remarquée sur L'Insubordination ouvrière dans les années 68 (PUR, 378 p., 22 €), Xavier Vigna insiste ainsi sur l'élargissement du "répertoire d'actions" des grévistes à une époque où les pratiques illégales - sabotages, mise à sac des bureaux de la direction, voire séquestration des patrons - se multiplièrent.
Plus long mais de lecture plus facile, l'ouvrage publié à La Découverte brosse un tableau plus panoramique encore d'un Mai 68 défini comme "l'épicentre" d'une séquence encadrée d'un côté par la fin de la guerre d'Algérie (1962) et, de l'autre, par l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République (1981). Si l'approche, en soi, n'est pas nouvelle - un précédent collectif, également codirigé par Michelle Zancarini-Fournel, avait déjà posé les jalons d'une histoire élargie à l'ensemble des Années 68 (Complexe, 2000) -, la variété des entrées, une centaine au total, est sans précédent.
La principale qualité du livre réside d'ailleurs dans son économie générale qui joue sur les changements d'échelle en maintenant l'équilibre entre de nostalgiques retours sur quelques objets cultes (de la guitare à la "4 L"), de solides synthèses sur des sujets attendus (les gauchismes, la montée du féminisme, l'antipsychiatrie, la grève des Lip), d'utiles échappées hors des frontières hexagonales (sur les traces des "provos" néerlandais, des "nègres blancs" québécois ou de la Zengakuren japonaise) et, enfin, des contributions plus originales. En dépit de leur hétérogénéité - on y trouve aussi bien une étude sur les relations entre les habitants du bidonville et les étudiants de Nanterre qu'une analyse du fonds photographique des correspondants bénévoles de L'Humanité -, ces articles reflètent les lignes de force de l'historiographie actuelle, qui se caractérise à la fois par un regain d'intérêt pour l'histoire des sans-voix et par la redécouverte des mobilisations régionalistes, écologistes et intellectuelles des années 1970.

MAI-JUIN 68 sous la direction de Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal. Ed. de l'Atelier, 446 p., 27 €.

68. UNE HISTOIRE COLLECTIVE sous la direction de Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel. La Découverte, 848 p., 28 €.

Thomas Wieder
Article paru dans l'édition du 21.03.08.

Sous les pavés... celui de "Pilote"

LE MONDE 28.04.08
"Mâtin, quel journal !" Le slogan historique de Pilote pourrait pour le coup devenir "quels journaux !" Pour son numéro spécial consacré à Mai 68, le magazine de bande dessinée français, fondé fin 1959 (publié par Dargaud depuis 1960), dont la parution depuis 2003 est "irrégulomadaire", propose deux couvertures. Une de Cabu où son personnage fétiche, Le Grand Duduche, en tenue baba cool colorée, tient dans ses bras une ravissante baba coolette - vision un peu anachronique, en 1968, l'étudiant dans la rue était plus sagement vêtu. Une de Jean Giraud où l'on voit le lieutenant Blueberry derrière un coffre hérissé de flèches, haches et couteaux. Son ennemi est-il indien, CRS ou étudiant ?
Ce spécial Mai 68, devenu "le journal qui s'amuse à lancer des pavés", va et vient, en 162 pages, pour 7,90 euros et avec soixante dessinateurs et auteurs, entre souvenirs des anciens et jeunes pousses. Ces derniers s'inspirent de personnages de l'hebdomadaire ou évoquent les événements dont le quarantième anniversaire est célébré en livres, émissions de télévision, disques...
On retrouve Gotlib et sa "Rubrique-à-brac", les mondes imaginaires traversés par le personnage de Philémon, de Fred, le Concombre masqué de Nikita Mandryka, un témoignage du scénariste Pierre Christin. Mais aussi l'évocation du pop-art façon Guy Peellaert par Christophe Blain, d'Achille Talon par Moski et Veys, un désopilant De Gaulle en mai par Jean-Yves Ferri avec le fils du général tenté par la révolution... Sont aussi conviés les dessinateurs que Pilote révéla dans les années post-68 : René Pétillon, Philippe Druillet, Gérard Lauzier, Martin Veyron...
En mai 1968, Pilote est dirigé par René Goscinny. Le journal d'Astérix et Obélix, concurrent des hebdomadaires Spirou, Tintin et Vaillant/Pif, va toutefois faire sa propre révolution après les événements. Au sein de la rédaction, il y aurait eu un peu de tirage, entre pro et anti-68 - on paraît, on ne paraît pas, grève ou pas grève. Le numéro spécial ne l'évoque qu'au détour d'une phrase ou d'une case de BD.
Le Pilote plus "adulte" se fera par la suite. Et deviendra un vivier de dissidents. Gotlib, Claire Bretécher et Mandryka fondent L'Echo des savanes en 1972, un mensuel où l'humour dévastateur côtoie le sexe. Giraud (qui signe, selon ses oeuvres, Gir ou Moebius), Druillet et Jean-Pierre Dionnet partent dans l'aventure Métal hurlant en 1975, orienté science-fiction et aventures. La même année, Gotlib, encore lui, crée Fluide glacial.
Les numéros de Pilote durant Mai 68 sont assez recherchés - il n'est pas en kiosques à Paris. Tandis que l'on se bat et débat pour la fin de l'autoritarisme et pour la liberté sexuelle, que l'université découvre le monde ouvrier, les séries à suivre dans Pilote restent des classiques pour adolescents. Astérix aux Jeux olympiques, par Uderzo et Goscinny, La Piste des Sioux, une aventure de Blueberry par Gir et Charlier, ou un épisode de Tanguy et Laverdure par Jijé et Charlier. Seul Le Naufragé du "A" de Fred, a un ton plus rêveur.
En 1974, passé sous la direction de Guy Vidal, Pilote devient mensuel. Arrêté en 1989, il revit sous forme de numéros spéciaux depuis 2003.

Sylvain Siclier
Article paru dans l'édition du 29.04.08.

Mai 68 en héritage


Des étudiants et des ouvriers réunis devant les usines Renault à Boulogne-Billancourt,
le 18 mai 1968.
Au printemps 1968, dans le grand hall de Sciences Po Paris, quelqu'un avait tracé ces mots : "Il est interdit d'interrompre" (voir Les Murs ont la parole. Mai 68. Journal mural. Sorbonne, Tchou éditeur, réédité en 2007). Moins connu que le fameux "il est interdit d'interdire", ce slogan-là disait le rêve d'une révolution toujours recommencée. Très vite, pourtant, l'élan s'est bel et bien cassé, la parole a cessé de circuler. Non seulement entre intellectuels et ouvriers, entre hommes et femmes, entre Français et immigrés, mais aussi et peut-être surtout entre générations. L'expérience soixante-huitarde n'allait pas tarder à apparaître comme un "héritage impossible", selon le beau titre d'un ouvrage signé Jean-Pierre Le Goff (Mai 68. L'Héritage impossible, La Découverte, 1998).
Malaise dans la transmission. Ces dernières années, les jeunes fustigeaient leurs aînés "soixante-huitards", ces égoïstes qui auraient tout gardé pour eux : les prestiges de l'Histoire et la carrière au quotidien, l'exaltation du grand soir comme le dégoût des petits matins. Entre la génération de Mai et celles d'après, donc, la continuité semblait brisée.
Après la méfiance, les non-dits, le moment est-il enfin venu de reprendre contact ? Dans la déferlante éditoriale qui accompagne le quarantième anniversaire du joli Mai, en tout cas, plusieurs ouvrages manifestent le désir de renouer les liens : tandis qu'Alain Geismar dédie un livre de souvenirs à ses enfants, Patrick Rotman (1) publie avec sa fille Charlotte, journaliste à Libération, un album richement illustré intitulé Les Années 68 (Seuil, 344 p., 59 €).

Bien sûr, quand les pères gardent la main, quand ils ne convoquent leur enfant que pour se contempler dans une flatteuse miniature, ces retrouvailles tournent vite au fiasco. En atteste le livre que le philosophe André Glucksmann cosigne avec son fils Raphaël (qu'on a connu mieux inspiré dans ses documentaires), sous le titre trompeur Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy (Denoël, 240 p., 18 €). Un texte où le "dialogue" intergénérationnel n'occupe en fait que quelques pages, se réduisant à une interview du père par le fils sur le mode : "Dis, papa, pourquoi tu soutiens Nicolas ?" Page après page, ensuite, le lecteur étouffe entre deux monologues parallèles, aussi suffisants l'un que l'autre, dans la pire tradition de l'essayisme poseur. Tristesse.
A l'exact opposé de ce bavardage stérile, Virginie Linhart propose un tout autre dialogue avec son propre père, échange d'autant plus fécond qu'il se déploie sur le mode du silence. Son livre s'appelle Le jour où mon père s'est tu (Seuil, 182 p., 16 €). C'est un texte doux, généreux, qui réussit à nouer, par-delà les failles générationnelles, un naufrage personnel et une sensibilité collective : d'un côté, la tragédie de Robert Linhart, figure fondatrice du maoïsme à la française, au milieu des années 1960, et auteur d'un livre fameux intitulé L'Etabli (Ed. de Minuit, 1978) ; de l'autre, la sensibilité d'une génération, celle des filles et fils "soixante-huitards".
Tout au long de son enquête, Virginie Linhart effectue de subtils va-et-vient entre le mutisme de son père, qui s'est abîmé dans la folie au lendemain de Mai, et la parole de ses propres "camarades", ces enfants de militants qui partagent avec elle une même expérience.
Ils s'appellent Nathalie Krivine, Matthias Weber, Julie Faguer ou Mao Péninou. Qu'ils aient rejeté les idéaux de leurs parents ou qu'ils restent engagés à gauche, tous expriment peu ou prou les mêmes sentiments, entre gratitude et colère. Tous témoignent de la violente dépression qui emporta leurs parents quand vinrent "ces années de sortie du militantisme, à la fois extrêmement festives et destructrices". Tous soulignent aussi les conséquences ambiguës d'une éducation gauchiste, féministe et tiers-mondiste, où papa-maman étaient d'autant plus absents que la politique était omniprésente : "En me mariant, j'ai découvert qu'on pouvait parler de rien à table. Comment ça va ? Tu as vu, le magasin d'à côté a ouvert ?...", ironise Claudia Senik. "Je crois que mon apolitisme vient d'un profond dégoût lié au trop : j'en ai trop entendu", lâche Samuel Castro.
Tous évoquent encore une enfance plutôt austère, entre pessimisme viscéral et "désespoir méthodologique", selon l'heureuse formule de Jérôme Sainte-Marie ; une jeunesse soumise à des injonctions sans cesse contradictoires : d'un côté, "faut être premier à l'école" ; de l'autre, "seuls les salauds réussissent dans ce monde pourri !"... Tous (ou presque) disent enfin la soif de stabilité, le bonheur du cocon familial, les délices de l'embourgeoisement : "Je ne crois pas qu'il y ait une journée sans que je me dise : surtout, ne pas faire comme mes parents ont fait avec moi", tranche Lamiel Barret-Kriegel.
Virginie Linhart avait 2 ans en 1968. De tout cela, elle témoigne également avec force. Plus encore que les autres, son épreuve est singulière, bien sûr, et elle ne cache pas ce que la "disparition" de son père a eu d'exceptionnel. Mais c'est au miroir de ce désastre individuel qu'elle veut comprendre ce qu'elle nomme son "histoire collective". En allant chercher la vérité de ces parents, de leurs déceptions et de leurs silences, dans la parole des enfants. Un jour qu'elle confiait à Robert Linhart son projet d'enquêter sur Mai 68, celui-ci tenta d'abord de l'en dissuader. Puis elle vit les larmes monter dans les yeux de son père. "C'est notre secret, ma petite fille, murmura-t-il, que tu saches tout ça, et que moi je ne parle plus."

(1) De Patrick Rotman, signalons également Mai 68 expliqué à ceux qui ne l'ont pas vécu (Seuil, 168 p., 12 €).

Jean Birnbaum
Article paru dans l'édition du 21.03.08.

Mai 1968 - Mai 2008 : Quand un absolu chasse l'autre

"De la lutte des classes à la guerre des anges" 1/5

LE MONDE 28.04.08 13h17

AFP/UPILe 20 mai 1968, les étudiants en grève se rassemblent dans la cour intérieure de la Sorbonne occupée, devant les affiches de Mao Tse-Toung, Lénine et Karl Marx.

Le dispositif est familier, et pourtant quelque chose détonne par rapport aux meetings traditionnels. Certes, nous sommes rue des Ecoles, à Paris, en plein Quartier latin. Comme dans toute réunion gauchiste digne de ce nom, la tribune est recouverte d'un tissu rouge et surmontée d'une sono crachotante - que l'exiguïté de la salle rend parfaitement inutile. Toujours selon l'usage, l'orateur se fait attendre. Lorsqu'il paraît enfin, avec ses immenses lunettes, son gilet à rayures et son pantalon de velours, chacun retient son souffle, le regard calé sur ces longues mains juvéniles, qui n'en finissent plus de caresser le texte à proférer.
Jusqu'ici, rien que de très banal, dira-t-on. A ceci près que la scène ne se déroule pas en mai 1968, mais en décembre 2007, et que l'homme du jour s'appelle Jean-Claude Milner, 66 ans, brillant linguiste, auteur d'essais au style implacable et ravageur, dont le dernier en date s'intitule Le Juif de savoir (Grasset, 2006). Il y a quarante ans, ce théoricien glacial intimidait ses camarades de la Gauche prolétarienne (GP), principale organisation maoïste en France dans l'après-68. Désormais, il s'exprime devant les fidèles de l'Institut d'études levinassiennes, créé en 2000 autour de son ami Benny Lévy, ancien chef de la GP. Depuis la mort de celui-ci, à Jérusalem en 2003, Milner a pris la place du maître au sein du petit institut. Ce soir-là, du reste, le silence est impeccable quand, d'une voix souveraine et pincée, le grammairien énonce son sujet : "Sur les ruses de l'universel, études de cas : Mai 68 et le gauchisme."
Une heure durant, Milner cite les bons auteurs (Lévi-Strauss, Foucault, Sartre) pour examiner la "rencontre" entre Mai 68 et le gauchisme français. D'un côté, explique-t-il, Mai 68 pose la question du présent : "Mai 68 dit : la révolution, c'est pas pour les autres, pour plus tard. C'est pour nous, ici, maintenant." D'un autre côté, poursuit-il, le gauchisme redécouvre la question de l'"Histoire absolue", avec un grand "H". A l'intersection des deux, il y a la Gauche prolétarienne, qui tente de conjuguer l'esprit de Mai et la "révolution en soi" en inventant une politique de l'absolu. Or, il n'y a nul hasard, conclut l'orateur, si cette épopée se confond avec les noms de Benny Lévy, de Robert Linhart, auteur d'un livre fameux intitulé L'Etabli (Ed. de Minuit, 1978), ou encore de Pierre Goldman, insoumis et gangster assassiné en 1979 : "Moyennant la Gauche prolétarienne, tranche Milner, le gauchisme français est aussi une histoire juive."
Est-ce une blague ? Dans l'assistance, en tout cas, personne ne rit. Au contraire, Jean-Claude Milner peut contempler la mine exaltée de ses auditeurs, dont certains portent la kippa. Parmi eux, seule une poignée a connu l'époque des manifs et des batailles rangées, avant de vivre les lendemains qui déchantent, les petits matins glauques. Mais tous savent l'essentiel : quand l'espérance radicale s'effondre, seul demeure le désir d'infini ; dès lors que l'histoire manque à ses promesses, l'absolu se cherche un autre nom.
Mai 1968 - mai 2008, de la politique à la spiritualité : dans la grande famille des maoïstes français, ils sont un certain nombre à avoir emprunté ce chemin. Qu'ils soient religieux ou qu'ils continuent de se dire athées, beaucoup sont passés d'une scène marxiste, où le mot qui compte est "révolution", à une scène métaphysique, où l'on ne parle plus que de "conversion". A l'arrivée, c'est le credo monothéiste qui constitue l'horizon vrai de la radicalité : de Mao à saint Paul, pour les philosophes Guy Lardreau, Bernard Sichère ou Alain Badiou ; de Mao à Mahomet, pour leur camarade Christian Jambet, qui a appris le persan afin de se plonger dans l'étude des mouvements extrêmes en islam chiite ; et de Mao à Moïse, donc, pour d'autres.
Ou plutôt "de Moïse à Moïse en passant par Mao", comme le précisait lui-même Benny Lévy, qui aura incarné, mieux que quiconque, ce grand passage d'un absolu à l'autre. "Tôt, je rencontrai le Tout-Puissant. Dans le texte de Lénine, qui fut l'objet de ma première année à l'Ecole normale supérieure : je mettais en fiches les 36 tomes des Œuvres de Moscou", écrivait-il.
Leader charismatique de la Gauche prolétarienne, il devient ensuite le secrétaire personnel de Sartre et se tourne avec lui vers l'étude des textes juifs, au milieu des années 1970, délaissant les 36 tomes de Lénine pour les 20 volumes du Talmud. "Sous les pavés, la plage !", avaient lancé les insurgés en Mai 68. "Et si sous les pavés de la politique se cachait la plage de la théologie ?", rectifiait Benny Lévy, en 2002, dans Le Meurtre du Pasteur (Grasset-Verdier). Publié dans la collection "Figures", dirigée par Bernard-Henri Lévy, cet ouvrage était sous-titré "Critique de la vision politique du monde", comme pour entériner le divorce de la politique et de l'absolu : non, tout n'est pas politique ; non, la condition humaine n'est pas un problème dont la politique représenterait la solution.
De cet amer constat, les enfants du maoïsme français ont payé le prix fort. Un quart de siècle avant Le Meurtre du Pasteur, du reste, un autre livre avait déjà dressé l'inventaire : publié dans la même collection, cosigné par deux "ex" de la GP, Guy Lardreau et Christian Jambet, L'Ange était paru en 1976, l'année où Mao mourait, au moment où s'affirmait un certain discours antitotalitaire. Et si l'on considère souvent cet essai comme le manifeste des "nouveaux philosophes", c'est que L'Ange disait adieu aux années militantes, venant clore pour de bon les années "68" : "Nous avions fait l'épreuve d'une conversion (...). Nous croyions avoir touché le fond : savez-vous ces temps où tout vient à faire défaut, les nuits entières passées à pleurer à petit bruit, à petit flot, sur le passé sans remède (...). Nous nous retirâmes au désert", notaient Lardreau et Jambet dans ce "guide des égarés", où le congé donné à l'engagement politique débouchait sur une autre rébellion, spirituelle celle-là.
Tout ça pour ça ? A la place de la révolution culturelle chinoise, le retour à l'ancienne "révolution chrétienne" ? Là où Mao martelait que "l'oeil du paysan voit juste", s'agissait-il simplement d'affirmer, comme le faisaient les deux philosophes dans un pied de nez, que "l'oeil du prêtre voit juste" ? Ce serait trop facile, répond aujourd'hui Guy Lardreau. Au début des années 1970, ce normalien était l'un des chefs de la Gauche prolétarienne, coiffant à la fois le journal de l'organisation, La Cause du peuple (dont Sartre était directeur) et son secteur "cinéma" (où il côtoyait Jean-Luc Godard). A l'issue de son parcours militant, Paris lui étant devenu "intolérable", Lardreau s'est installé à Dijon.
Professeur en classe préparatoire (khâgne), il y habite maintenant un hôtel particulier un brin délabré, réaménagé en cabinet philosophique. Autour de son bureau, les oeuvres complètes de Hegel et de Thomas d'Aquin ; dessus, un vieux coupe-papier, quelques notes griffonnées. Et les Psaumes. Hanté par l'Orient chrétien, Lardreau entretient désormais une relation très forte avec "une certaine forme de rigueur qu'on appelle la théologie". Et avec la prière ? "Je vous répondrai comme Jésus : je ne sais pas ce que c'est que prier. Vous êtes bien suffisant, en disant "prier"...", lâche-t-il dans un douloureux sourire.
Sa mère était institutrice. Son père enseignait les maths au collège. Dans les années 1930, celui-ci avait été royaliste d'Action française. Après la guerre, "sur la base de la Résistance", il avait voté communiste, demeurant à la fois athée et "profondément catholique", précise Guy Lardreau. Lui-même, tout en définissant le christianisme comme "la plus grande révolution dans l'histoire de l'âme", refuse qu'on parle de son itinéraire comme d'un retournement.
"C'est cette idée qui a fait l'abominable succès de L'Ange, dont je me mords encore les doigts, confie-t-il. Le malentendu était complet : on a lu le livre comme une espèce de jérémiade calotine, couvrant d'une dignité spirituelle un pur et simple retour au bercail. Mais pour moi, c'était autre chose : j'avais investi une espérance maximale dans un domaine où elle s'était avérée mal placée. Alors il fallait essayer de comprendre ce que nous avions cherché, à partir du moment où cela ne s'épelait plus avec les mots du discours politique. Ce que nous appelions "l'Ange", c'était une figure telle qu'elle fit dans l'histoire une rupture absolue."
Malgré tout, maintenir l'horizon d'un autre monde possible ; à toute force, perpétuer l'espoir d'un "au-delà" pour notre temps : dans le sillage de Mai 68, chacun à sa manière, nombre d'anciens maoïstes ont tenté de relever ce défi. Aller à leur rencontre, ce n'est pas seulement brosser le portrait d'une génération au miroir de ses illusions passées. C'est aussi reconnaître, à même le présent, une ferveur et une virulence inentamées. Une soif d'absolu, surtout, qui en dit long sur notre époque, alors que la question religieuse y est redevenue centrale : "Quand la politique est à la baisse, la théologie est à la hausse. Quand le profane recule, le sacré prend sa revanche. Quand l'histoire piétine, l'Eternité s'envole", déplorait récemment le philosophe trotskiste Daniel Bensaïd dans un pamphlet intitulé Un nouveau théologien, B.-H. Lévy (Ed. Lignes).
De ce grand mouvement de bascule, les desperados du maoïsme français sont de parfaits témoins. Mieux : ils sont, cette fois encore, à l'avant-garde.

Jean Birnbaum
Article paru dans l'édition du 29.04.08.

Une "divine surprise"

"De la lutte des classes à la guerre des anges"

LE MONDE 29.04.08

TARTRAT JEAN-PIERRE, La plupart des jeunes maos qui s'apprêtent à fonder la Gauche prolétarienne ont loupé le coche de Mai. Eux qui finiront par incarner dans l'imaginaire collectif la "Génération 68" sont en fait passés à côté.

Paris s'embrase, mais il n'en croit pas ses yeux. Un peu partout les barricades se dressent, et Jean-Claude Milner tombe des nues. En ces jours de mai 1968, il est pourtant aux premières loges, lui qui habite au cœur du Quartier latin. Mais rien n'y fait : le grammairien de 27 ans assiste à l'insurrection en spectateur dégagé.
Deux raisons expliquent sa perplexité. D'abord, Milner revient des Etats-Unis, où il a été impressionné par les mobilisations contre la guerre du Vietnam, et il est rentré en France avec la certitude que plus rien d'intéressant ne pouvait s'y passer. Ensuite, ce militant maoïste croit si fort à la révolution prolétarienne qu'il est incapable de prendre au sérieux la rébellion des étudiants, leurs revendications libertaires, féministes, bref "petites-bourgeoises", voire réactionnaires... "Je raisonnais de la façon marxiste-léniniste la plus sotte, et j'ai vécu Mai 68 comme une contradiction directe avec tout ce que je pensais", constate Milner aujourd'hui.
Certes, dans la Sorbonne occupée, le jeune normalien peut encore s'en remettre à ses auteurs préférés : "Le premier soir, je regarde, je me dis : "Bon, raccroche-toi à la Révolution française, à Jules Michelet..."" Mais quand, à deux pas de l'université, il arrive enfin au Théâtre de l'Odéon, haut lieu de la Commune estudiantine, les grands classiques ne lui sont plus d'aucun secours. "Les loges bondées, la parole qui circule... là, vraiment, ça n'a plus rien à voir avec ce que je peux intégrer. Je me souviens de la phrase prononcée par le comédien américain Julian Beck (animateur du Living Theater) : "Ce que je vois ce soir, c'est la plus belle chose que j'aie jamais vue dans un théâtre." Aujourd'hui encore, je cherche à comprendre ce qu'il voulait dire", murmure le linguiste.
Comme Milner, la plupart des jeunes maos qui s'apprêtent à fonder la Gauche prolétarienne, à l'automne, ont loupé le coche de Mai. Eux qui finiront par incarner, dans l'imaginaire collectif, la "Génération 68", sont en fait passés à côté. Or ce qui est en cause dans un tel fiasco, c'est une certaine relation au monde, à la fois érudite et abstraite. Et qui veut comprendre ce rapport au réel doit faire halte rue d'Ulm, dans le microcosme normalien où naît le maoïsme à la française : "C'est un moment très particulier de l'Ecole normale, explique le philosophe Bernard-Henri Lévy. Avant, c'était l'abbaye de Thélème. Plus tard, ça deviendra un lieu de bachotage. Mais là, pendant cinq ou six années, c'est un laboratoire de la révolution, qui va faire l'expérience de son impossibilité."
Depuis le milieu des années 1960, en effet, le philosophe Louis Althusser règne sur Normale-Sup. Il y enseigne une théorie communiste rajeunie par la doctrine chinoise, qu'il juge plus riche que le dogme soviétique, et moins conciliante que le marxisme italien. A ses disciples, il transmet un violent complexe de supériorité. Et surtout cette double conviction qui ne facilite guère la vie : d'une part, les concepts peuvent renverser des montagnes ; d'autre part, le monde est hors de portée. "La grande idée qui irrigue cette génération est liée au pessimisme historique d'Althusser, précise Bernard-Henri Lévy. On pourrait la formuler ainsi : aussi ardemment qu'une âme tente de sortir d'elle-même, elle ne rencontre jamais le réel."
Cette philosophie, la jeunesse rebelle qui peuple les khâgnes l'envisage pourtant comme la vraie pensée révolutionnaire. Et dans leur esprit, le seul nom d'Althusser suffit à déterminer une vocation : "Intégrer la rue d'Ulm nous était un devoir, car le "caïman" (préparateur à l'agrégation) s'appelait Althusser, confie le philosophe Guy Lardreau, alors élève au lycée Louis-le-Grand (Paris). Personnellement, la vie telle qu'elle va me paraissait dégoûtante. Qu'il y ait de la différence, de l'injustice, m'était insupportable. Alors, la voie naturelle d'un jeune comme moi, c'était d'entrer à l'Ecole normale et d'être payé pendant quatre ans pour apprendre le marxisme-léninisme."
Aux élèves d'Althusser, deux voies s'ouvrent alors, représentées par deux revues : le chemin proprement maoïste est celui des Cahiers marxistes-léninistes ; une piste encore plus théorique s'offre du côté des Cahiers pour l'analyse, tournés vers le psychanalyste Jacques Lacan, dont le séminaire se tient rue d'Ulm de 1964 à 1969. Qu'allaient donc y chercher ces révoltés ? "Au fond, ils pensaient que Mao était à Lénine ce que Lacan était à Freud, répond le philosophe Alain Badiou, qui appartenait au comité de rédaction de la revue. Sous l'impulsion de Mai 68, ils se sont projetés dans le maoïsme via cette puissante analogie : de même qu'il y avait une psychanalyse américaine sclérosée, que Lacan était venu dénoncer, de même il existait un léninisme soviétique ossifié, dont Mao avait interrompu le cours."
De Lacan, les maos héritent également un goût pour les formules lapidaires : "La femme n'existe pas", "il n'y a pas de rapport sexuel", tranche le psychanalyste en de mémorables sentences. "Rejetez vos illusions, préparez-vous à la lutte !", "On demande où est la bourgeoisie ? La bourgeoisie est dans le Parti communiste !", martèlent ses émules de la rue d'Ulm.
Las ! Ni la psychanalyse lacanienne ni le marxisme althussérien ne fournissent aux jeunes "gardes rouges" les outils propres à saisir la nouveauté du "moment" 68. Au contraire, cet appareillage théorique les rend aveugles à l'inédit de l'époque. "En Mai 68, j'ai 24 ans, témoigne le psychanalyste Jacques-Alain Miller, ex-mao et gendre de Lacan. Le monde tel qu'il est, la duperie des pauvres par les riches, tout cela me révolte. Mais sur le moment, je ne comprends rien à ce qui se passe. Jean-Claude Milner et moi sommes perdus dans la préparation d'un numéro des Cahiers pour l'analyse consacré à la "formalisation logique". Quand on sort de chez moi, on traverse la rue de Buci, un mouchoir sur le nez, sans vraiment prêter attention au gaz lacrymogène."
Lorsqu'ils prennent enfin la mesure des événements, après coup, les jeunes maos basculent soudain de l'indifférence à la ferveur, et du doute à la foi. Leur chef, Benny Lévy, ira plus tard jusqu'à parler de Mai 68 comme d'une "divine surprise", dans un curieux clin d'oeil à un mot célèbre du royaliste Charles Maurras, saluant en 1940 l'accession au pouvoir du maréchal Pétain.
Et au début des années 1970, la Gauche prolétarienne a d'autant plus à coeur de prolonger le "miracle" de Mai que ses fondateurs ont traversé l'événement en n'y voyant que du feu. Cette vaste opération de rattrapage, ils la mènent résolument, avec la radicalité systématique sans laquelle il n'y a pas, en France, d'intellectuels dignes de ce nom. Ici, bien sûr, c'est Sartre qui donne le ton : "La France sartrienne, c'est un pays où la question politique est liée à l'engagement des intellectuels, observe Alain Badiou. Dès lors que vous mélangez le maoïsme à l'existentialisme sartrien, vous produisez une position militante qui ne se rencontre nulle part ailleurs : le maoïsme français avec sa forme hypertendue, qui en fait ressortir la subjectivité en partie aberrante et la dimension religieuse."
Voici donc une figure insolite et typiquement française : le normalien "lacano-maoïste". Si ce militant se lance dans un activisme effréné et très concret, qui le mènera parfois jusqu'en prison, son rapport au quotidien n'en demeure pas moins filtré par un enthousiasme ultra-spéculatif. Pour lui, il s'agit toujours de court-circuiter le réel, de passer outre : "Lacan nous avait appris que le désir est irréparable, résume Guy Lardreau. "Il y a un au-delà de la demande", telle était sa thèse de fond. Nous la rapprochions de celle d'Althusser : "Il y a un au-delà de l'opinion." Nous avons essayé de tenir ensemble ces deux "au-delà"."
Pour la petite troupe, voici donc l'horizon : un certain "au-delà". Au-delà du monde présent, de ses inégalités, de sa division. Dans la rue, sur les marchés et à la porte des usines, les maoïstes vont donc jeter toutes leurs forces dans un effort désespéré pour perpétuer le "prodige" de Mai. Pour maintenir vivante, surtout, ce qu'ils considèrent comme sa véritable signification : "Mai 68 n'est pas réductible à l'épisode des barricades au Quartier latin, assure l'éditeur Jean-Pierre Barou, ex-mao lui aussi, aujourd'hui captivé par le bouddhisme tibétain. C'est un instant de communion, dont la vérité se joue dans les années 1970. Qu'on appelle cela "unité des consciences", selon la formule de Sartre, ou "karma", comme disent les bouddhistes, peu importe. L'essentiel est là, dans l'ordre de l'invisible, dans cet "au-delà" de la lutte des classes et de l'histoire."
Emballement idéologique, fureur conceptuelle, extase métaphysique : chez les maos de Normale-Sup, tout est réuni pour que la politique finisse très vite en mystique. Le regard tendu vers un grand soleil chinois dont ils ignorent à peu près tout, sauf ce que leur en dit le bulletin de propagande Pékin-Information, ces brillants esprits agitent la bonne parole de Mao comme d'autres brandissent les textes saints. "Certains d'entre eux étaient intégristes, assure l'intellectuel égyptien Baghat Elnadi, alter ego d'Adel Rifaat, frère de Benny Lévy et converti à l'islam. Je me souviens d'une discussion sur Lin Biao (symbole de la "Révolution culturelle" chinoise) qui avait dit un jour : "Même si on ne la comprend pas, il faut appliquer la pensée de Mao." A la Gauche prolétarienne, certains étaient d'accord avec ça. Le Petit livre rouge, pour eux, c'était un peu le Coran."

Jean Birnbaum
Article paru dans l'édition du 30.04.08.

mardi 29 avril 2008

Faut-il boycotter les pays qui ne nous ressemblent pas ?

Le Figaro, 28/04/2008

Crédits photo : HANNAH/Opale

Par Chantal Delsol. La philosophe estime que l'Occident a trop tendance à juger le reste du monde selon des critères «ethnocentrés». Exemple récent : la Chine, que l'on assimile hâtivement à une dictature.

On se souvient des débats au sujet de l'Union soviétique pendant la guerre froide : valait-il mieux, pour la contraindre à changer, lui faire subir l'embargo ou bien au contraire multiplier les échanges ? Le second point de vue s'est révélé efficace. Mais la question ne devrait plus être là. Je regrette que nous en soyons toujours à discuter des moyens à employer. Il vaudrait la peine de se demander s'il est juste de vouloir contraindre la Chine à changer. Nous avons pris la mauvaise habitude de loger à la même enseigne tous les régimes qui nous ressemblent trop peu. À force de se considérer comme le parangon du monde, l'Occident a fini par tout mélanger dans sa désapprobation. La différence entre la Chine d'aujourd'hui et l'ancienne Union soviétique marque bien cette confusion des esprits.
On ne peut pas identifier un totalitarisme à une autocratie ordinaire. La différence est même de nature. Le communisme (comme le nazisme, d'une autre manière) répondait à une volonté utopique de refaçonner autrement le monde humain. De refaire l'homme, ou, comme aurait dit Rousseau, de le «renaturer ». Il y avait là une idée profondément terroriste, parce que destructrice de réalité. Si l'on croit que l'humain possède quelques caractéristiques inaliénables (il a besoin, par exemple, d'intimité et de complicité), on ne peut admettre un régime qui tente de lui enlever ce dont il a absolument besoin pour vivre, comme on le priverait d'eau. Les sociétés totalitaires étaient des antimondes, ou des non-mondes, ou des sociétés de l'immonde.
Il n'en va pas de même pour une autocratie, ce qu'est la Chine. Il s'agit là d'un régime politique historiquement bien connu. Il ne se fonde pas sur la volonté de nier l'humain réel et de le transformer en quelque ange improbable. Il s'enracine seulement dans une vision de l'homme qui n'est pas la nôtre. Il considère le gouvernant comme un père, les gouvernés comme des gens immatures qu'il faut mener à la vertu préalablement définie, avec bonté et fermeté.
Nous avons de très bonnes raisons de considérer que les humains parvenus à maturité sont de véritables adultes, tous également capables de décider de leur propre destin (par exemple de savoir combien d'enfants ils désirent) et du destin commun (en choisissant leurs gouvernants). Mais enfin ces raisons sont assises sur des convictions culturelles, qui n'ont rien à voir avec celles qui nous font rejeter un totalitarisme avec horreur. La Chine est un monde culturel, fondé sur des convictions morales souvent bien proches des nôtres, et sur des sagesses qui, si elles ne ressemblent pas à nos religions, proposent des réponses aux douloureuses questions de la vie et du tragique de la vie. Elle entretient un humanisme de respect, comme d'ailleurs toutes les cultures. Si les expressions de sa politique nous apparaissent cruelles, c'est que son anthropologie diffère de la nôtre. De même que le Coran exprime un humanisme bien réel, fondé sur une anthropologie où les femmes sont vues comme d'éternels enfants, qu'il faut protéger de leur faiblesse plutôt qu'ancrer dans leur autonomie, dont on ne les estime pas capables.
Il me semblerait légitime de boycotter des Jeux olympiques organisés par Hitler ou par Staline ou par Pol Pot, parce qu'ici on utiliserait notre humanisme dans le but inavoué de fabriquer des robots ou des zombis. Mais je trouve à la fois prétentieux et injuste d'ostraciser toute culture qui récuse notre modèle. Nous finissons par identifier notre particularité à l'universel au point de ne plus supporter aucune différence. Et nous nous croyons si seuls au monde dans notre prétendue supériorité que nous mêlons indistinctement, dans la même désapprobation, les criminels avérés et les dissemblables mystérieux. Confusion accablante. Là où les totalitarismes ourdissent un rapt d'être, les autocraties nourrissent une autre image de l'être.
Les réactions des régimes détestés devant nos reproches mériteraient à cet égard d'être comparées. Le totalitarisme communiste ne répondait jamais que par le déni, se prétendait démocratique et arguait sa défense d'une liberté plus profonde que la nôtre. Autrement dit, n'osait pas rétorquer sur notre terrain. La Chine n'a aucun complexe, parce qu'elle se sent détentrice d'une vision du monde tout autant humaine et légitime.
En mettant l'accent sur les valeurs asiatiques, la déclaration de Bangkok de 1993 confirme sa conviction de l'universalité des droits de l'homme, mais insiste pour affirmer la diversité de son interprétation, dans des contextes culturels et historiques différents. Certains pays asiatiques, comme Singapour, ont mis en valeur une incompatibilité entre la démocratie libérale et les valeurs asiatiques. Au fond, la spécificité de l'Occident, ce n'est pas la défense des droits de l'homme, mais la défense des droits de l'homme comme individu. Et les convictions anthropologiques chinoises, et aussi musulmanes d'une autre manière, sont enracinées dans le holisme, ou vision de la société comme communauté : l'individu n'y existe vraiment comme valeur que dans son groupe, sans lequel il perd sa signification.
Les Occidentaux ont une tendance, pernicieuse et sotte, à mettre dans le même sac le holisme et le totalitarisme : ils sont si obsédés par l'individu souverain qu'ils confondent un homme inscrit dans sa communauté et un homme dénaturé.
Nous ferions mieux, je crois, de mettre notre ardeur à combattre les derniers régimes totalitaires que sont la Corée du Nord et Cuba, qui règnent sur des antimondes ; plutôt que de nous acharner sur des impérialismes juste comparables à nos anciens colonialismes. Les premiers sont nos ennemis par nature, parce qu'ils sont les ennemis de la condition humaine. Les seconds sont des autres, qu'il serait insensé de vouloir nous assimiler. Nous pouvons tenter de les influencer ; les combattre s'ils nous agressent (comme les terroristes islamiques) ; ou encore organiser avec eux des joutes distrayantes, montrant ainsi que les différences s'expriment dans la fête autant que dans la guerre, parce que la pluralité est le propre du monde humain.

China's powerful weakness

Beijing's reach isn't big enough to stop local governments from abusing the rights of ordinary citizens.

By Francis Fukuyama
Los Angeles Times, April 29, 2008

The fiasco of the Olympic torch relay has focused attention on human rights in China. What is the source of human rights abuses in that country today?
Many people assume the problem is that China remains a communist dictatorship and that abuses occur because a strong, centralized state ignores the rights of its citizens. With regard to Tibet and the suppression of the religious movement Falun Gong, this may be right. But the larger problem in today's China arises out of the fact that the central Chinese state is in certain ways too weak to defend the rights of its people.
The vast majority of abuses against the rights of ordinary Chinese citizens -- peasants who have their land taken away without just compensation, workers forced to labor under sweatshop conditions or villagers poisoned by illegal dumping of pollutants -- occur at a level far below that of the government in Beijing.
China's peculiar road toward modernization after 1978 was powered by "township and village enterprises" -- local government bodies given the freedom to establish businesses and enter into the emerging market economy. These entities were enormously successful, and many have become extraordinarily rich and powerful. In cahoots with private developers and companies, it is they that are producing conditions resembling the satanic mills of early industrial England.
The central government, by all accounts, would like to crack down on these local government bodies but is unable to do so. It both lacks the capacity to do this and depends on local governments and the private sector to produce jobs and revenue.
The Chinese Communist Party understands that it is riding a tiger. Each year, there are several thousand violent incidents of social protest, each one contained and suppressed by state authorities, who nevertheless cannot seem to get at the underlying source of the unrest.
Americans traditionally distrust strong central government and champion a federalism that distributes powers to state and local governments. The logic of wanting to move government closer to the people is strong, but we often forget that tyranny can be imposed by local oligarchies as much as by centralized ones. In the history of the Anglophone world, it is not the ability of local authorities to check the central government but rather a balance of power between local authorities and a strong central government that is the true cradle of liberty.
The 19th century British legal scholar Sir Henry Sumner Maine, in his book "Early Law and Custom," pointed to this very fact in a fine essay titled "France and England." He notes that the single most widespread complaint written in the cahiers produced on the eve of the French Revolution were complaints by peasants over encroachments of their property rights by seigneurial courts. According to Maine, judicial power in France was decentralized and under the control of the local aristocracy.
By contrast, from the time of the Norman conquest, the English monarchy had succeeded in establishing a strong, uniform and centralized system of justice. It was the king's courts that protected non-elite groups from depredations by the local aristocracy. The failure of the French monarchy to impose similar constraints on local elites was one of the reasons the peasants who sacked manor houses during the revolution went straight to the room containing the titres to property that they felt had been stolen from them.
State weakness can hurt the cause of liberty. The Polish and Hungarian aristocracies were able to impose their equivalents of the Magna Carta on their monarchs; those countries' central governments, unlike their English counterpart, remained far too weak in subsequent generations to protect the peasantry from the local lords, not to speak of protecting their countries as a whole from outside invasion.
The same was true in the United States. "States' rights" and federalism were the banner under which local elites in the South could oppress African Americans, both before and after the Civil War. American liberty is the product of decentralized government balanced by a strong central state -- one that is capable, when necessary, of sending the National Guard to Little Rock to protect the right of black children to attend school.
It is hard to know if and when freedom will emerge in 21st century China. It may be the first country where demand for accountable government is driven primarily by concern over a poisoned environment. But it will come about only when popular demand for some form of downward accountability on the part of local governments and businesses is supported by a central government strong enough to force local elites to obey the country's rules.
Francis Fukuyama is the author of "The End of History and the Last Man."

Le nationalisme chinois à l'épreuve

Analyse, LE MONDE 28.04.08

La virulence et l'ampleur des critiques internationales contre la Chine depuis le début des troubles au Tibet ont laissé Pékin interdit. La réaction des autorités, malgré l'utilisation des techniques modernes d'information à des fins de propagande, est dans la nature de ce régime aux réflexes datés : incompréhension, repli, intolérance. L'annonce, vendredi 25 avril, par les autorités chinoises qu'elles sont prêtes à renouer le dialogue avec le dalaï-lama indique une ouverture même si, à ce stade, on ne peut que spéculer sur sa portée réelle. Il pourrait s'agir d'un geste sans lendemain, destiné à apaiser les Occidentaux, et garantir le succès des Jeux olympiques.
Le caractère obsolète de ce régime n'empêche certes pas la Chine d'avoir changé : les actuels dirigeants ont pris la mesure des défis écologiques, sociaux et économiques à relever pour arrimer une prospérité toute relative parmi l'ensemble du milliard 300 millions de Chinois. On parle d'"ouverture", de "démocratisation", on insiste sur le soin mis à enrayer la catastrophe écologique annoncée, on assure être conscient du fossé entre riches et pauvres.
Le régime de Pékin accepte de jouer le jeu de la mondialisation quand cela lui sied, pour des raisons essentiellement économiques. Mais il n'est pas question pour lui de reconnaître que son appartenance à un monde globalisé suppose un certain nombre de devoirs et d'obligations : si, depuis l'étranger, certains osent reprocher au pouvoir son bilan globalement calamiteux en matière de droits de l'homme, la Chine-bernard-l'hermite rentre dans sa coquille. Au nom d'une exception politique et culturelle qui interdirait au reste du monde toute "ingérence" dans ses affaires intérieures... Pékin estime toujours ne pas avoir à rendre de comptes. La propagande s'offusque de la couverture médiatique des derniers événements au Tibet par les médias occidentaux et les autorités bouclent ce territoire redevenu pays interdit.
Comparé récemment par les services de propagande à un "loup avec un visage humain et un cœur de bête", le dalaï-lama fait les frais du retour à une sémantique qui fleure bon les métaphores les plus grotesques de la révolution culturelle... Dans un tel climat, on se demande à quoi vont bien pouvoir aboutir les discussions entre le "loup" et les représentants chinois...
Alors que Pékin ne cessait de mettre en exergue l'exercice de son soft power diplomatique qui consiste, notamment, en une participation accrue de ses forces armées à des opérations de maintien de paix, en une volonté affichée de s'associer aux efforts internationaux pour enrayer le génocide au Darfour ou résoudre les questions nucléaires en Iran ou en Corée du Nord, la Chine, blessée, s'est soudain figée.
Ressort alors le souvenir des vieilles humiliations, quand les troupes franco-britanniques détruisirent le Palais d'été de Pékin (1860) et lorsque les Occidentaux imposèrent à l'empereur une série de "traités inégaux".
Il est toujours savoureux de voir ces vieilleries remâchées dans la bouche d'officiels ou des jeunes radicaux antifrançais qui ont récemment défilé aux cris de "Boycottons Carrefour !" : le régime n'a jamais eu ni le courage ni la volonté de faire face aux récents errements d'un système totalitaire dont il est l'héritier. Mao n'était-il pas "positif" à 70 %, comme l'a énoncé le pouvoir depuis la fin de son règne ?
Fouiller dans les désordres du passé risquerait de saper les fondements de l'Etat-parti. Mieux vaut, en ce début de XXIe siècle, rappeler les excès des puissances coloniales : cela permet à la Chine de se poser en victime de ces "diables d'étrangers", donneurs de leçons.
En termes d'image, le bilan de ces dernières semaines est désastreux pour les caciques de la cité impériale post-communiste. Les Jeux devaient marquer le retour en fanfare de la Chine dans la cour des grands des pays respectables.
Certes, "le socialisme à caractéristique chinoise" - qui n'est ni socialiste et ni caractéristique de la Chine - a réussi en un quart de siècle à tirer des centaines de millions de personnes de la pauvreté, favorisé l'émergence d'une classe moyenne et l'embryon d'une société civile, permettant aux citoyens de disposer d'une plus grande latitude pour défendre certains de leurs droits. Mais après s'être efforcée de polir sa réputation afin de prouver qu'elle était devenue fréquentable, la Chine semble soudain renvoyée à son image de régime autoritaire, infantilisant ses citoyens et dédaigneux des aspirations de certaines de ses minorités. Si l'on devait assister au retour d'une démonisation sans nuance de la Chine par une partie de l'opinion publique mondiale, le régime en serait le premier responsable.
Le système n'est heureusement pas aussi monolithique qu'il y paraît. La muraille est fendillée, les audacieux glissent des messages dans les pierres. Le rédacteur en chef adjoint du grand hebdomadaire publié à Canton, le Nanfangzhoumo, a écrit récemment un article où il reconnaît implicitement l'importance du dalaï-lama pour les Tibétains en tant qu'autorité spirituelle et recommande à mots couverts l'établissement d'un dialogue entre le chef de l'église bouddhiste tibétaine et la Chine... Aurait-il été écouté ? Y a-t-il, au sein de l'appareil, des forces modérées à l'œuvre ? Il est vraisemblable que certains clans en concurrence ou en désaccord s'opposent sur les décisions à prendre.
Car le gouvernement fait face au défi le plus embarrassant qu'il lui ait été donné de relever depuis fort longtemps : le climat est maussade. Certains clignotants se sont allumés. Inflation en hausse, flambée des prix des denrées alimentaires de base, instabilité des campagnes, stagnation des exportations. Les hiérarques pékinois ne peuvent se permettre de perdre la face en cas d'échec des Jeux olympiques. La fête est-elle déjà gâchée ? C'est à Pékin de prendre les décisions qui s'imposent pour que le rendez-vous avec la reconnaissance internationale de la Chine attendue avec fébrilité par le peuple chinois ne soit pas terni. Les caciques chinois ont cependant des alliés : la plupart des pays occidentaux, qui, depuis belle lurette, évitent de fâcher la Chine en la critiquant autrement que de manière formelle sur les droits de l'homme et le Tibet, pourraient bien se satisfaire d'un geste habile de Pékin. Et tant pis si la reprise du dialogue avec le dalaï-lama reste sans lendemain et ne règle rien sur le fond.

courriel :
Bruno Philip, Correspondant à Pékin
Article paru dans l'édition du 29.04.08.

dimanche 27 avril 2008

Pourquoi la Chine fait peur

«Quand la Chine s'éveillera, la terre tremblera», lança Napoléon. Depuis, l'Empire du Milieu, ses mandarins impénétrables et son immense peuple alimentent les fantasmes. Et voici que les protestations d'intrépides Tibétains et une flamme olympique vacillante réveillent les pires craintes. Sont-elles fondées ? «Le Nouvel Obs» fait le point sur le nouvel essor chinois et ouvre le débat avec deux éminents sinologues. Pour ne plus confondre les méfaits d'un régime autoritaire avec le sort d'une population injustement stigmatisée

Jusqu'à il y a quelques semaines encore, aux yeux des Européens, le pays le plus menaçant pour la stabilité mondiale était les Etats-Unis. Depuis les émeutes de Lhassa et les vicissitudes de la flamme olympique, les perceptions ont changé. Selon un sondage Harris effectué entre le 28 mars et le 8 avril, le danger public numéro un, c'est désormais la Chine. La Chine qui occupe le Tibet, qui exploite ses millions de travailleurs dépourvus de droits, qui emprisonne les défenseurs les plus faibles, qui écoule ses produits toxiques ou défectueux et qui, à l'approche des JO, prétend promener sa flamme olympique sous les applaudissements du monde entier. Comme si de rien n'était.Pour les Français, qui adorent pourtant détester les Etats-Unis, la parade manquée de la torche dans les rues de Paris a marqué un tournant. Il y aura désormais un avant et un après le 7 avril. Hier encore, la Chine apparaissait comme une formidable success-story, une locomotive providentielle pour la croissance mondiale, un modèle d'ultramodernité audacieuse. Médusée par la mutation du dinosaure communiste en superpuissance du XXIe siècle, on pariait sur ses atouts sans tout à fait oublier ses défauts. Sans être fana de la Chine, on était fasciné par le spectacle inouï de sa transformation, et de plus en plus séduit par les lanternes rouges d'«Epouses et concubines», les bosquets de bambous élastiques de «Tigre & Dragon» ou les mirobolantes tours de Shanghai dans «Mission : impossible»...
Il a suffi d'une journée pour que la magie s'évanouisse d'un coup. Une escouade de types athlétiques en survêt bleu et lunettes noires sur des visages fermés : c'est l'image glaçante qui surgit désormais quand on évoque l'empire rouge. Et c'est David Douillet qui exprime tout haut le sentiment général : «S'ils se conduisent comme ça à Paris, on se demande comment ils se conduiront chez eux.»Côté chinois, avec un décalage dû au durcissement du contrôle sur l'information, la déconvenue a été aussi brutale. L'opinion chinoise découvrait, abasourdie, l'hostilité sans fard d'un peuple - les Français - avec lequel elle se sentait pourtant le plus d'affinités. De cette douche froide va émerger la première héroïne des JO 2008. Les photos de la relayeuse Jin Jing, une athlète handicapée aux prises avec les manifestants protibétains qui tentent, sans succès, de lui ravir la torche, font pleurer les foules chinoises. «Lange en fauteuil roulant» est devenue l'emblème d'un peuple courageux et blessé, abandonné de tous, férocement attaqué par des ennemis sans coeur.Aujourd'hui, la colère et le ressentiment s'épanchent sur les forums, surtout ceux des enfants gâtés du miracle chinois, ces «petits empereurs» qui croient que tout leur est dû. Un nationalisme délirant, démentiel, ahurissant, s'exhale sans retenue. Il faut absolument faire payer à ces sales Parisiens leur crime de lèse-majesté. La vindicte populaire se concentre désormais sur les 122 hypermarchés Carrefour de Chine, au motif que l'un des actionnaires du groupe aurait «donné beaucoup d'argent à la clique du dalaï-lama»... Bernard Arnault - il s'agit de lui - a démenti, mais les manifestations continuent. Dans les couches modestes, on gesticule moins, mais on est très peiné : «Les gens du peuple voient dans les JO une occasion exceptionnelle de faire la fête après trente ans de labeur ininterrompu, explique le grand romancier Yu Hua. Personne ne comprend pourquoi le monde veut nous gâcher notre plaisir.»

Quant aux mandarins de Pékin, tout porte à croire qu'ils manipulent la cuisante déception collective, tout en cherchant à la contrôler afin d'éviter les débordements. En 2005, une flambée antijaponaise s'était rapidement retournée contre le gouvernement. Mais les occasions de recueillir l'assentiment général sont si rares, cela vaut la peine d'attiser en sous-main la sainte colère du peuple ! Il suffit de rappeler le passé récent, quand la Chine était la proie des appétits de tous les impérialismes. De faire allusion aux «guerres de l'opium». Elles sont gravées au fer rouge, ces guerres iniques, livrées au milieu du XIXe siècle par une Angleterre qui voulait ouvrir la Chine au commerce de l'opium. Résultat : la population tout entière rendue sciemment opiomane, le pays mis en coupe réglée par des puissances se taillant des concessions à leur botte, l'explosion de l'unité nationale au profit des seigneurs de la guerre... Et en point d'orgue, l'invasion japonaise en 1931 et son cortège d'atrocités.Ces ravages sont enseignés aux enfants, rebattus par les médias, exaltés dans les séries télévisées. Ils expliquent la susceptibilité à fleur de peau et les brusques flambées nationalistes. Mais très peu de Chinois savent que l'histoire des manuels scolaires et des talk-shows est tronquée. Ils ignorent par exemple que les mouvements lancés par Mao après la fondation de la Chine populaire ont coûté beaucoup plus de morts à leur pays que quinze ans d'occupation militaire japonaise. Ils ignorent plus encore le coût humain terrible de l'arrimage manu militari de la Mongolie, du Tibet et du Xinjiang à la «patrie socialiste». Ils savent confusément que leur histoire a été dévoreuse de vies humaines, ils ne savent pas combien les errements de leurs dirigeants y ont contribué.Tous ceux qui ont tenté d'y remédier l'ont chèrement payé. Le célèbre rédacteur en chef Li Datong a été limogé en 2005 parce qu'il publiait des articles contestant l'histoire officielle. Et au Tibet le professeur d'histoire Dolma Kyab a été condamné à dix ans de prison. Son crime : avoir osé rédiger (il s'agit d'un manuscrit jamais publié) une histoire du Tibet non conforme à la vérité d'Etat.Quand la contestation gagne les foules à Paris ou à Londres, les chefs de Pékin répondent par les mêmes accents autoritaristes, le même discours truffé de propagande, le même mépris pour la vérité. «La vérité, c'est que les leaders chinois ne savent pas comment se conduire face à des non-Hans (ethnie majoritaire de Chine), qu'ils soient tibétains ou européens, explique Francesco Sisci, correspondant à Pékin de «la Stampa» et fin analyste des arcanes pékinoises. Ils ne comprennent pas pourquoi on leur crache à la figure à Lhassa malgré les milliards investis, ni pourquoi le monde les montre du doigt alors qu'ils ont tout fait pour s'intégrer au concert des nations.» N'ont-ils pas conscience d'inquiéter par leur intransigeance, leur autisme, leur langue de bois ? «Pas du tout. Ils se sentent au contraire agressés, et injustement.» Comment expliquer cette inadéquation des perceptions ? Pour Sisci, le minimum de connaissance du monde fait défaut aux décideurs chinois - et réciproquement. « Au fond, malgré les foules d'experts formés dans les meilleures universités à l'étranger, ils ne comprennent toujours pas le fonctionnement du monde. Ils ne sont pas mûrs, psychologiquement et culturellement, pour assumer le statut de première puissance qu'ils pensent mériter. »Vieille nation colonisatrice, nous n'aimions pas la domination américaine, sans doute aurons-nous du mal à applaudir la naissance d'un nouveau géant.

Ursula Gauthier
Le Nouvel Observateur

Un sentiment d'exclusion

Il est 10 heures, quelques clients sont déjà attablés devant des bols de soupe de nouilles fumants. Nous sommes à Belleville, l'autre Chinatown de Paris, dans le restaurant d'Alexandre, un Français d'origine chinoise, qui habite là depuis vingt ans. Comme beaucoup, il se ferme quand on évoque les mots tabous : Tibet, JO. Il n'aime pas trop parler de politique, Alexandre. Evidemment, comme tout le monde ici, il a vu à la télé le fiasco du passage de la flamme à Paris. Il a été «choqué». Triste aussi que la «fête soit gâchée». Il n'est pas le seul. Contrairement à Alexandre, qui comme 80% des Chinois de Belleville vient de Wenzhou, une province de Chine populaire, Cheng Chi est une Chinoise de Taïwan. Elle «déteste» le gouvernement de Pékin et n'a pas peur de le dire. Ce qui ne l'empêche pas de se sentir ulcérée par la campagne de boycott des JO. «C'est à la Chine de balayer toute seule devant sa porte ! La France se mêle de ce qui ne la regarde pas.» Cheng Chi est très remontée contre «ce Robert Ménard qui fait le guignol pour faire parler de lui» et tous les politiques qui «donnent des leçons de morale». «Beaucoup de mes amis chinois se sont sentis agressés», résume Donatien Schramm, pilier du quartier et fondateur de l'association Chinois de France-Français de Chine. Un sentiment antichinois ? Avec l'immigration plus récente, celle des Wenzhou dans les années 1980-1990, plus pauvres, moins éduqués, ne parlant pas le français, l'intégration a été plus difficile. Et si les boat people des années 1970 inspiraient la compassion, les derniers arrivés inspirent, eux, des sentiments plus mitigés à leurs voisins «français», exaspérés de voir leur poissonnerie ou leur boucher remplacés par des magasins de textile chinois. Du coup, la parole se lâche. «Regardez les banderoles qu'avait faites Georges Sarre (ndlr, ancien maire du 11e arrondissement) contre les Chinois. Jamais personne n'oserait parler ainsi des Arabes ou des Noirs. Quand il s'agit des Chinois, on peut tout se permettre » s'agace Iinh, SinoVietnamienne. «On parle souvent de nous en mal, regrette Alexandre. La dernière fois, c'était tous ces reportages sur les «appartements ravioli». Les clients ont déserté les traiteurs et on a eu des faillites en série.» Sans parler de la psychose du sras et de la grippe aviaire, quand Chinatown était devenue zone sinistrée... Dans la communauté, une rumeur plane, tenace. Des gangs de cambrioleurs cibleraient volontairement des appartements de Chinois : «Ils croient que les Chinois sont riches etontbea ucoup de liquide chez eux», s'inquiète Huynh, 60 ans. Huynh n'est pas chinoise, mais d'origine vietnamienne, établie en France depuis les années 1960. Elle se sent pourtant, une fois n'est pas coutume, solidaire de la communauté chinoise dans l'affront fait aux JO. « La France est un peu mal placée pour donner des leçons à la Chine sur ce plan-là. Après tout, qui avait des colonies en Indochine, il n'y a pas si longtemps ? »

Doan Bui
Le Nouvel Observateur
n°2268, semaine du 24/4/2008

Les dix menaces du nouvel empire

Bientôt la surpuissance ?
En pleine expansion, la République populaire s'empare de marchés entiers, amasse d'énormes réserves financières et augmente ses dépenses militaires. A quelle fin ?
1 - Le piège des délocalisations
C'est devenu l'usine du monde. Avec des villes dédiées entièrement à une seule activité - la chaussette, la cravate, le tee-shirt, les jouets... Grâce à son inépuisable réservoir de main-d'oeuvre à bas prix, la Chine est bel et bien la terre promise des délocalisations. De quoi en faire le bouc émissaire idéal. La Chine, responsable de la désindustrialisation ? «Le mouvement en France était amorcé depuis bien plus longtemps», rappelle Françoise Lemoine, économiste au Centre d'Etudes prospectives et d'Informations internationales (Cepii), spécialisée sur la Chine. «Dans le textile, par exemple, les emplois étaient déjà partis vers des pays frontaliers, au Maghreb ou en Turquie.» Bref, ce sont ces derniers qui ont pris de plein fouet la concurrence chinoise avec la fin des quotas. Contrairement à la France, réorientée vers le haut de gamme, qui restait préservée. Pour combien de temps ? La Chine reste pour l'instant cantonnée dans la production de masse à faible valeur ajoutée. Et elle est elle-même concurrencée par des pays qui deviennent plus compétitifs en matière de salaires : selon une récente étude du cabinet Booz Allen Hamilton, 20% des entreprises songeraient à des relocalisations dans des pays encore moins chers, comme le Vietnam. Résultat : la Chine cherche à monter en gamme. Mais elle devra affronter la concurrence d'un autre géant, l'Inde, le plus gros pourvoyeur d'ingénieurs bon marché.
D. B.

2 - Des produits dangereux
C'était cet été. 20 millions de jouets Fisher Price (groupe Mattel) rappelés en catastrophe : des
Polly Pocket avec des aimants que risquaient d'ingérer les enfants, des jouets Dora recouverts de peinture toxique au plomb, des trains en bois défectueux... Les 60 millions de cannettes de nourriture pour chiens et chats contaminées. Les dentifrices empoisonnés qui contenaient de l'antigel. 2007 aura été l'année de tous les scandales pour le made in China, de quoi sérieusement entamer la confiance des consommateurs. Aux Etats-Unis, la psychose est telle qu'une marque agroalimentaire a même décidé de lancer un label «China Free» pour rassurer ses clients. «Il y a eu des décès aux Etats-Unis. Pas en Europe, heureusement : nous avons mis en place un système d'alerte pour produits dangereux, et les produits chinois sont particulièrement sujets à vigilance», dit Meglena Kuneva, à la Commission européenne. En témoigne le nombre de notifications de produits dangereux passé de 468 en 2004 à ... 1 605 en 2007, dont 60% émanaient de Chine ! Le gouvernement à Pékin a compris qu'il y avait péril en la demeure. D'autant que les consommateurs chinois commencent à se rebiffer, au vu des innombrables scandales qui ont émaillé ces derniers mois. Les mesures ? Elles ont été drastiques. 80 usines douteuses ont été fermées. Et les têtes sont tombées : le directeur de la Sécurité alimentaire a carrément été exécuté cet été...

3 - Les damnés de l'usine
On les appelle «les oubliés du miracle chinois» : 200 millions de mingong, jeunes travailleurs migrants corvéables à merci, venus des campagnes surpeuplées, triment dans les usines de l'eldorado chinois ou au fond des mines les plus dangereuses du monde. «Ils sont toujours présentés comme les laissés-pour-compte de la croissance, mais leur exploitation constitue en réalité le socle même de cette croissance», affirme Luc Richard dans son essai «Pékin 2008» (Ed. Mille et Une Nuits). C'est en effet la «sueur bon marché» des mingong qui permet aux articles à bas prix made in China de déferler sur tous les marchés du monde. Des ouvrières encore adolescentes, appréciées pour leur docilité et leur endurance, sont payées 30 à 50 euros par mois pour travailler douze heures par jour, sans protection contre les produits chimiques qu'elles manipulent, ni contre les abus qu'elles subissent.La signature d'un contrat de travail est obligatoire depuis... le 1er janvier 2008 ! Mais l'adoption de cette législation n'a guère fait avancer les choses : 80% des travailleurs n'ont jamais signé de contrat, et la loi du plus fort est toujours de mise. Les employeurs licencient à volonté, ne paient pratiquement jamais les heures supplémentaires, ni les frais médicaux en cas d'accident. «Ils profitent souvent de la vulnérabilité des migrants pour retenir des milliards de yuans (des millions d'euros) de salaires impayés», précise Benoît Vermander dans son livre «Chine brune ou Chine verte ?» (Presses de Sciences-Po).L'été dernier, l'extension effrayante de cette exploitation a été révélée par la découverte de centaines d'enfants-esclaves travaillant dans des briqueteries appartenant à des responsables locaux du PC. Au même moment, une ONG révélait que des entreprises fabriquant des gadgets pour les JO recouraient au travail forcé des enfants.
U. G.
4 - Un nouveau colonialisme ?
Après avoir longtemps été une voisine menaçante, prompte à contester ses frontières (avec la Russie ou l'Inde), à disputer des archipels et des zones maritimes gigantesques à tous les Etats riverains (du Japon au Vietnam en passant par les Philippines et la Malaisie), la Chine semble avoir changé de style. A l'exception de la question taïwanaise, qui peut susciter de redoutables gesticulations militaires, elle s'est dans l'ensemble convertie à la logique du soft power. Les mandarins rouges ne parlent plus que de commerce, d'investissement, d'import-export, d'échanges «gagnant-gagnant». La Chine n'a-t-elle pas besoin de matières premières comme de débouchés ? Ne peut-elle réaliser des infrastructures rapidement et pour pas cher, grâce à ses armées d'ouvriers, de techniciens et d'ingénieurs durs à la tâche et économes ? Elle a tout à offrir - et à gagner - aux petits Etats dans sa région et au-delà.La formule rencontre un franc succès, à commencer par son voisinage immédiat. Les commerçants chinois ont déjà largement investi les espaces sous-peuplés d'Asie - Sibérie, républiques d'Asie centrale... Ils sont devenus des partenaires incontournables en Indochine. Depuis quelques années, la machine économique céleste s'est lancée à la conquête de l'Afrique. En 2007, la Chine a supplanté la France comme second plus gros partenaire commercial du continent noir. Pour les auteurs de «la Chinafrique» à paraître chez Grasset (1), la «pax sinica» et le «grand bond chinois en Afrique» sont d'ores et déjà à l'oeuvre, avec des résultats plutôt bénéfiques. Mais cette irruption chinoise n'a pas rompu avec les dérives de la Françafrique : soutien aux régimes despotiques, vente d'armes, corruption, etc. Plus inquiétant, le soutien sans faille que Pékin offre à ceux qui acceptent son partenariat : le Soudan, malgré le génocide au Darfour, le Zimbabwé de Mugabe - ainsi que le régime des généraux birmans - sont les grands gagnants d'une politique chinoise mercantile qui ne s'embarrasse pas de scrupules humanitaires.
U. G
5 - Un régime trop brutal
Qu'est-ce que la Chine hypercapitaliste doit au grand despote qui fonda le régime ? «Le Parti, et le principe selon lequel le Parti peut se tromper, mais seul le Parti peut rectifier ses erreurs», répond Federico Rampini («l'Ombre de Mao», Robert-Laffont, 2008). Conséquence : toutes les libertés (religieuses, civiles, de pensée, d'expression, d'association, etc.) sont toujours réversibles. Dès qu'ils sont confrontés à une opposition organisée, les mandarins rouges font comme Mao : ils sévissent. En 2007, 470 exécutions capitales documentées ont eu lieu, selon Amnesty. Le nombre réel s'élèverait à 7 000 ou 8 000 selon le sinologue Jean-Luc Domenach (lire notre débat p. 18).
U. G.
6 - Des minorités laminées
La tragédie tibétaine, celle des Ouïgours du Xinjiang, celle - désormais irréversible - des Mongols montrent le visage «colonial» du régime chinois. Mao avait pourtant promis aux minorités la création d'un Etat fédéral sur le modèle des républiques soviétiques. Mais en prenant le pouvoir en 1949, il annexe purement et simplement leurs territoires - plus vastes que l'ensemble des régions de peuplement «han» (l'ethnie dominante). Condamnées à devenir minoritaires dans leur propre pays, les minorités n'ont d'autre choix que la radicalisation.
U. G.
7 - La tactique du yuan
Et si la «monnaie du peuple» était la botte secrète de la Chine ? Non convertible, le yuan, tout droit issu de l'économie communiste administrée, permet aux autorités chinoises d'ajuster la valeur de leur monnaie pour inonder la planète de marchandises made in China déjà avantagées par de faibles coûts de main-d'oeuvre. Imparable. Grâce à cette stratégie du «yuan bas», les excédents du commerce extérieur chinois ont atteint 1 680 milliards de dollars. Une manne que la banque centrale chinoise s'efforce, selon le jargon de la finance, de «stériliser» : les colossaux avoirs en dollars encaissés par l'entreprise Chine ne sont pas convertis en yuans mais en obligations auxquelles les banques locales sont invitées à souscrire. Cela pour éviter d'augmenter trop brutalement la masse monétaire et d'alimenter l'inflation qui a tendance à s'emballer. Les principales «victimes» de cette politique monétaire très restrictive sont bien sûr les principaux partenaires commerciaux de la Chine qui aimeraient tant voir s'apprécier le yuan pour rééquilibrer leurs échanges avec le nouveau géant. Ainsi les Etats-Unis et le G7 ne manquent-ils jamais une occasion d'exhorter Pékin à réévaluer sa monnaie. Depuis quelques semaines, face aux désordres financiers mondiaux, le gouvernement de Hu Jintao a cédé : désormais un dollar vaut 7 yuans, un niveau qualifié d'historique.
B. B.
8 - Des fonds voraces
La Chine fait des emplettes. Après avoir raflé 1,3% de Total, amassé discrètement depuis novembre, un nouveau fonds de l'Etat chinois vient d'entrer dans le capital de BP (1%). Mais de là à imaginer un raz de marée chinois emportant sur son passage les multinationales étrangères, les analystes restent beaucoup plus prudents. L'essentiel de l'activité financière chinoise se concentre dans un domaine : les matières premières, et surtout le pétrole. La Chine, en effet, se retrouve dans la situation de la France et de l'Italie de l'après-guerre : l'or noir est entre les mains des majors anglo-saxonnes. Pour assurer son indépendance énergétique, la Chine réagit comme Paris lors de la création d'Elf ou Rome avec Eni, voire Tokyo avec la création de sociétés mixtes à participations japonaises...Mais cette offensive est parcellisée. Pékin contrôle un fonds souverain : la China Investment Corp (CIC), doté de 200 milliards de dollars empruntés aux réserves de change du pays (1 600 milliards de dollars !) . Plutôt que de garder cet avoir placé en bonds du Trésor américain, le CIC est sensé partir à la recherche d'investissements plus rentables. Pourtant ses premières opérations sont loin d'être concluantes. En mai 2007, le CIC a investi 3 milliards de dollars dans le fonds américain Blackstone. Neuf mois plus tard, cette somme a fondu comme neige au soleil (- 40%) à cause de l'effondrement de Wall Street. Des déboires qui profitent à Safe, une autre émanation du gouvernement chinois. Créée il y a une trentaine d'années pour acheter des bons du Trésor américain, cette société incorporée à Hongkong rêve aujourd'hui de voler de ses propres ailes. C'est elle qui vient de marquer des points en s'offrant un ticket d'entrée au capital de Total et BP.
B. B.
9 - Un géant surarmé
Quand ils évoquent leur ambition pour leur pays, les dirigeants chinois parlent d'une «montée en puissance pacifique». Pacifique ? A Washington, à Tokyo et un peu partout dans le monde, on s'interroge sur les intentions réelles de l'empire du Milieu. Pourquoi, demande-t-on au Pentagone, le budget chinois de la Défense progresse-t-il de près de 20% tous les ans depuis quinze ans ? Pourquoi est-il nécessaire d'entretenir une armée de 2,5 millions de soldats, la plus grande du monde et de loin ? Pourquoi masser 1 000 missiles de courte et moyenne portée et près de 500 avions bombardiers le long de la côte qui fait face à l'île de Taiwan ? Tout cela est-il vraiment pacifique ?Les Chinois affirment qu'il ne s'agit là que d'une mise à niveau, que leur défense a pris beaucoup de retard technologique pendant que l'Amérique et les autres grandes puissances renouvelaient leur matériel militaire. Ils ajoutent que leur pays a des dizaines de milliers de kilomètres de frontière à défendre et que le budget américain de la défense est près de dix fois supérieur au leur.Quoi qu'il en soit, les Américains pensent que la Chine a remplacé la Russie et qu'elle sera bientôt leur principal adversaire stratégique, voire leur ennemi militaire. D'ailleurs le Pentagone assure, et ce n'est pas un hasard, que le budget de l'armée chinoise est égal à la somme des budgets japonais, coréen et... russe. Il faut aussi compter avec l'immense réseau d'espionnage de Pékin, le Guoanbu. A son propos, le grand spécialiste français, Roger Faligot, écrit, dans le livre qu'il lui consacre (Editions Nouveau Monde) : «Les services spéciaux chinois sont devenus, au début du XXIe siècle, les plus importants du monde.» Et il précise que bientôt le vocable Guoanbu sera aussi tristement célèbre que son modèle, le KGB. Reste à savoir si l'affrontement tant de fois annoncé ressemblera à la guerre froide ou sera un conflit plus chaud...
V. J.
10 - L'environnement en péril
Il y a la championne de tennis Justine Henin ou le coureur Haïlé Gebreselassié qui envisagent de déclarer forfait pour les JO pour «raisons sanitaires». Ceux qui ont décidé de se replier sur Singapour ou la Corée du Sud, à quelques heures de vol de Pékin, pour l'entraînement. Et les autres qui, en tout cas, veulent passer le moins de temps possible à Pékin, ou au minimum avec un masque de protection spécial. Paranoïa ? A Pékin, l'une des capitales les plus polluées du monde, le ciel plombé par des nappes de brouillard gras laisse rarement percer le soleil... Inquiet pour son image, le gouvernement a tenté un plan d'urgence antipollution pour se préparer aux JO, avec la fermeture temporaire des aciéries et des usines les plus polluantes de la région. Histoire de faire de la ville un endroit - un tout petit peu - plus respirable pendant quelques semaines...La Chine, cauchemar écologique ? Les chiffres font peur. Selon une récente étude de la Banque mondiale, censurée par Pékin, 750 000 morts par an seraient directement causées par la pollution. Un tiers des rivières sont tellement chargées en polluants que l'eau ne peut plus être utilisée pour l'irrigation. 300 millions de Chinois boivent de l'eau polluée, parmi lesquels 190 millions tombent malades chaque année. En 2009, avec dix ans d'avance sur ce que prévoyaient les experts, la Chine va devenir le plus gros émetteur mondial de dioxyde de carbone, ravissant la première place aux Etats-Unis. Et sur les 30 villes les plus polluées de la planète, 20 sont chinoises. «De tous les problèmes de la Chine, la pollution est le plus urgent», estime David Dollar, à la Banque mondiale. Une situation alarmante qui pèse directement sur l'économie : la pollution coûterait au pays de 6 à 10 points de PIB. De quoi inquiéter le gouvernement qui a fait de l'environnement l'un de ses chevaux de bataille. «Il y a une prise de conscience en haut, dit Françoise Lemoine, économiste. Mais c'est très compliqué de faire passer cela au niveau des autorités locales.» D. B.
(1)Michel Beuret et Serge Michel, mai 2008.

Doan Bui, Bruno Birolli, Ursula Gauthier, Vincent Jauvert
Le Nouvel Observateur, n°2268, semaine du 24/4/2008